ÉCURIE À CURER

ÉCURIE À CURER

ÉCURIE À CURER

 

Je suis tombé au parterre,

C'est la faute au reporter,

La main prise dans un grand sac,

C'est la faute à Cahuzac.

 

Un pied de nez pas trop poltron

C'est la faute à Monsieur Tron,

Envie de partir en papoosie,

C'est la faute à Sarkozy.

 

Mais j'ai oublié ma canne,

C'est la faute au vieux Strauss Khan,

Le moral en mode hiver,

C'est la faute à ces pervers.

 

Je suis tombée en souffrance

Pour la santé de la France,

Je n'ai pas voilé ma face :

"Balayons" l'écurie d'Augias.

 

TOUS DROITS RÉSERVÉS SHERRY YANNE 10 avril 2013

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion publique sur internet

Par choix de l’auteur, poème jamais publié !

Fait partie des poèmes passés « à la trappe ».

PHOTO INTERNET

 

Augias

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire