BILAN HUIT (8) GÉNÉRATIONS

BILAN HUIT (8) GÉNÉRATIONS

BILAN RÉCAPITULATIF GÉNÉALOGIQUE

HUIT (8) GÉNÉRATIONS

 

Note explicative et récapitulative de ma démarche

Depuis 2004, j’ai fait de la généalogie par périodes plus ou moins soutenues, sans vraiment suivre une méthodologie rigoureuse.

J’ai commencé mon arbre généalogique à partir des souvenirs oraux transmis par ma grand-mère paternelle et en consultant les notes prises par mon père sur ses deux branches paternelle et maternelle.

J’ai découvert à cette époque le site Généanet et les cousinages potentiels des divers actes partagés par les internautes généalogistes amateurs.

Ensuite en 2009, mon ordinateur a « scratché » avec toutes mes données et je n’avais ni sauvegarde, ni arbre en ligne (par méfiance des données personnelles sur internet)..

Du coup, découragée, j’ai tout laissé tomber pendant 5 ans puis en 2014, suite aux accidents de la vie et les conséquences potentielles, ce qui fait remettre en question beaucoup de chose chez tous les individus, je me suis fait la réflexion que si mon heure avait sonné, je ne laisserais aucune trace de mes racines à ma descendance et j’ai profité des quelques mois de repos imposé pour acheter un logiciel de généalogie (généatique) et recréer toutes mes fiches, mais en sauvegardant les données cette fois sur une clé USB et sur Généanet (en masquant tous les contemporains ayant moins de 120 ans pour éviter les indiscrétions du web et de ses utilisateurs pas toujours très scrupuleux).

La reprise du travail, le manque de temps et surtout le manque de méthode ont fait que les années qui ont suivi ont été des années morcelées en périodes d’investissement généalogique ou de désintérêt total car j’avais d’autres activités qui prenaient mon temps disponible.

J’ai rentré des données, j’ai enregistré une multitude d’actes d’états-civils sur mon ordinateur, sans les classer, sans les répertorier, sans les associer.

En mars ou avril de cette année 2018, j’ai décidé de vraiment tout reprendre à zéro en classant informatiquement par patronyme les actes éparpillés qu’ils soient en version papier ou informatique.

J’ai imprimé les fiches des 10 premières générations de mon arbre publié sur Généanet (1023 personnes) et j’ai tout repris couple par couple, génération par génération. J’ai acheté des pochettes plastifiées et j’ai classé un couple par pochette en numérotant le sosa sur chaque individu et en précisant branche paternelle ou branche maternelle, de façon qu’en ouvrant chaque classeur, on puisse suivre les numéros dans l’ordre.

J’ai ensuite répertorié tous mes actes d’états civils fourrés en vrac dans des chemises au nom des 4 familles principales, j’ai tout trié et classé dans lesdites pochettes puis j’ai repris au fur et à mesure mes états-civils sur mon ordinateur et j’ai créé des dossiers informatiques par patronyme où j’ai classé les actes en stock.

Ensuite je suis repartie sur mon arbre via mon logiciel et mes classeurs de fiches et j’ai suivi une méthode bien définie sur la page du sosa masculin (par couple), j’ai inscrit « Etats-civils joints : naissance et décès, suivis de deux cases pour les deux conjoints plus une case pour le mariage » et je coche chaque case lorsque j’ai le bon acte. Cela m’a donc permis de voir ce qui me manquait ou pas.

C’est très long à pointer et je fais un rapide bilan à la fin de chaque génération terminée pour savoir ce qui me manque encore car malheureusement et malgré des heures de recherche, je n’ai pas pu trouver certains actes.

Je vais occulter les 3 premières générations, celles de mes grands-parents, de mes parents et de moi-même en sautant directement à la 4ème génération, celle de mes arrière-grands-parents.

Génération 4

SOSAS 8 et 9, (famille paternelle) j’ai la date 12 août 1948 pour le mari mais pas pour son épouse, seulement l’année 1967 et je n’ai donc pas les actes de décès pour l’instant.

SOSA 13 (famille maternelle) Marie Anne Romain est sans doute décédée à Saint Chamond en 1929 mais je n’ai absolument aucune précision complémentaire à ce sujet

Génération 5

SOSAS  16 et 17 (famille paternelle) sont décédés au même lieu que mes sosas 8 et 9 les 19 juillet 1926 et 29 juillet 1921.Je n’ai pas les actes de décès mais ce sont les dates inscrites sur leur tombe au cimetière de La Cula.

SOSAS 18 et 19 Pierre Berne et Marie Bouteille (famille paternelle) vivaient à La Cula dans la Loire et sont présent au mariage de leur fille ma sosa 9 mais ils ont littéralement disparu dudit lieu après 1906 (impossible de les retrouver tant sur les registres d’états-civils jusqu’en 1914 et de recensement jusqu’en 1911) donc je ne sais plus quelle piste suivre.

Génération 6

Néant

Génération 7

Néant

Génération 8

Famille paternelle

Sosa 134 : Jean Baptiste Déflassieux époux de Marie Michel, né le 1er décembre 1731 à Saint Genis Terrenoire (Loire) marié le 3 février 1773 à La Cula (Loire) et décédé sans doute entre 1798 et 1815 mais malgré toutes mes recherches, je n’ai trouvé ni la date, ni le lieu de son décès.

Sosa 155 : Jeanne Desvignes (jumelle) est née le 28 décembre 1733 à Larajasse (Rhône), s’est mariée le 12 janvier 1768 à Saint Romain en Jarez (Loire) avec Jacques Badoil ou Bador (selon les versions). Veuve très jeune, puisque son époux est décédé de « mort inopinée » le 23 novembre 1769 à Saint Romain en Jarez, à l’âge de 29 ans. Elle s’est sans doute remariée mais ou ?,quand ? avec qui ? ce qui aurait pu me donner une piste à suivre pour trouver son acte de décès.

Sosa 157 : Jeanne Grand s’est mariée le 27 janvier 1756 à L’Aubépin (Rhône) avec Antoine Machizaud et y est décédée le 19 décembre 1775 mais ou est-elle née et quand ? je n’ai rien trouvé la concernant.

Famille maternelle

Sosa 202 : Etienne Voyant, veuf d’Elisabeth Tholly serait décédé à Grammond (Loire) le 8 février 1802. Je n’ai pas trouvé l’acte mais simplement une indication via Généanet me ramenant à un relevé de Généagier, N°d’ordre 430 mais je n’ai rien de plus donc je suis perplexe.

Sosa 216 : Jean Bouché époux de Anne Benoite Chouzet serait né le 15 mars 1723 à Grandrif (selon une personne de Généanet ayant ce sosa dans son arbre) dans le Puy de Dôme mais je n’ai aucun registre des archives départementales pour la période comprise entre 1713 et 1737 à Grandrif donc je suis freinée dans mes recherches et je ne sais pas comment je peux vérifier l’exactitude de cette information.

Sosa 240 : Jean Bailly, est né le 22 septembre 1730 à Saint Etienne sur Coise (Coise dans le Rhône). Il s’est marié le 8 janvier 1754 à Coise (Rhône) avec Anne Bourrin mais impossible de trouver son acte de décès donc je ne connais ni la date ni le lieu de son décès.

Sosa 242 : Etienne Moulin me pose une double interrogation. En effet, je retrouve trace de son mariage à Saint Chamond (paroisse Notre Dame) (Loire) le 16 avril 1765 avec Françoise Oriol. Il y est indiqué qu’il est veuf et j’ai aussi retrouvé l’acte de sépulture de sa première épouse à Izieux (Loire) mais absolument rien sur son décès et la date de naissance indiquée par plusieurs personnes sur Généanet est assez aléatoire. Je n’ai rien trouvé à la date du 5 octobre 1739 sur Saint Chamond et j’ai fait toutes les paroisses de cette ville ainsi que les communes rattachées désormais à Saint Chamond.

Sosa 251 : Etiennette Moulin est née le 2 mars 1759 à L’Aubépin (Rhône). Elle a épousé Jean Moretton le 2 novembre 1784 à Duerne (Rhône) mais je ne trouve aucun acte de décès en date du 21 pluviose an 10 soit le 10 février 1802  à Saint Martin en Haut (Rhône). J’ai trouvé cette date dans l’acte de mariage de sa fille Marie avec Jean Phily (Philis) le 20 janvier 1826 où il est indiqué que sa mère est décédée le 21 pluviose an 10 (10 février 1802) à Saint Martin en Haut, ce qui est paradoxal car Marie est censée être née le 8 mars 1802 et je ne trouve pas non plus son acte de naissance.

Sosa 253 : Jeanne Fabre est sans doute née à Rochefort en 1736 mais hélas, il n’y a aucun registre pour la période de 1702 à 1736. Elle se marie le 8 janvier 1771 à Rochefort (Rhône) avec Jean Moulin et elle décède toujours à Rochefort rattachée depuis 1814 à Saint Martin en Haut (Rhône) le 31 janvier 1816, âgée de 80 ans. L’autre Jeanne Fabre née en 1740 est la fille de son oncle Philippe (il est indiqué dans son acte de mariage que son oncle Philippe est témoin).

Je précise que j’ai passé un temps fou à chercher (états-civils, tables décennales, tables de l’enregistrement (succession), à m’en abimer les yeux sur l’écran mais je n’ai rien trouvé donc j’ai laissé tomber pour l’instant.

Je me décide à faire ce bilan récapitulatif pour le partager sur mon site et dans des groupes de généalogie afin de trouver un peu d’aide auprès d’autres généalogistes amateurs comme moi ou professionnels mais bénévoles.

Je vous remercie tous de votre lecture et de l’aide que vous pourriez m’apporter.

Bonne continuation généalogique à vous toutes et tous.

 

Viviane B-Brosse le 3 décembre 2018

Enregistré et publié sur mon site le 3 décembre 2018

Copyright N°00067596 en même temps que d'autres textes à enregistre sous copyright

 

L'image utilisée est celle du Générama commercialisé par Passion Généalogie et je remercie son représentant pour l'autorisation de me servir de cette image dans un but illustratif.

Arbre genealogique

 

 

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 22 jan 2020